Retour au Programme

Migraine filmique, ou le Syndrome de Primer

February 21, 2018
Chroniques

 Primer
‍Crédit photo © IMDB

/!\ Vous êtes vivement encouragés à voir le film avant de lire la chronique /!\

Séance levée, lumières rallumées, grincements des sièges pendant que le générique défile encore à l’écran… vous vous tournez vers la personne qui a bien voulu vous suivre dans cette galère et vous murmurez, contrit : “j’ai rien compris.” On l’a tous vécu, non ? Pas que le film ait été ennuyant, bon au mauvais mais simplement compliqué. Attention, je ne parle pas de films dont la complexité repose principalement sur son symbolisme mais de ceux qui aiment perdre le spectateur en jouant des contraintes de la narration linéaire. “Ah oui, comme Memento !” (Christopher Nolan, 2000), me soufflez-vous ? Que nenni, Nolan est un petit joueur dans le genre (ou un grand équilibriste). Non, je vous le dis en grand et en gras : PRIMER (Shane Carruth, 2004). J’entends les hurlements de terreur au loin, calmez-vous, on ne va pas parler du film mais de ses fans et de leur manière de s’emparer d’un film qui aurait tout pour en rebuter plus d’un.

Pour les curieux et ceux qui ont mauvaise mémoire, la bande-annonce :

 

Ce qu’il faut savoir : il s’agit d’une intrigue de voyage dans le temps et de boucle temporelle.

S’il te plaît… dessine-moi une explication

Je ne sais pas vous mais moi j’aime les films compliqués, j’aime cette frustration mais je l’aime comme un enfant passionné de mathématiques face à un problème dont il sait qu’il VA le résoudre, avec l’aide de quelqu’un ou non. Et je ne suis pas la seule. Le film Primer qui en a dérouté plus d’un a donné lieu à une grande production de “travaux” de fans, schémas explicatifs complexes et posts de forum détaillés.

Capture d'écran d'une recherche google

La séance terminée, vous êtes rentré chez vous et vous avez lancé internet, vous googlez “primer movie explanation” et voilà le résultat ! Des dizaines de schémas de timelines colorés et bavards, une vraie compilation de coups de marteaux sur la tête ! Vous froncez les sourcils et hésitez un moment mais bientôt votre curiosité associée à votre frustration prendront le pas sur votre paresse. De toute façon, comme le monde est bien fait, vous trouverez la version rapide (traduite ci-dessous en français) et la plus accessible du schéma explicatif :

Version  d'Achronalie par Orpheoh
Crédit photo © Achronalie - Orpheoh

Et comme c’est insuffisant et que vous êtes insatisfait, vous ouvrez enfin la version sans doute la plus complète et précise (via Unreality) en anglais :

Version de Unrealitymag
Crédit photo © Unrealitymag

Et une version traduite en français par Orpheoh :

https://achronalie.files.wordpress.com/2013/06/primerfrench.jpg

 Achronalie - Orpheoh
Crédit photo © Achronalie - Orpheoh

En définitive, la version la plus réaliste est certainement celle ci-dessous (via Kevin Muldoon ) :

Version de Kevin Muldoon
‍Crédit photo © Kevin Muldoon

Au-delà de la blague (vous aussi, vous les voyez comme ça, ceux qui ont réalisé ces schémas ?), un film comme Primer a le rare intérêt de provoquer notre expérience cinématographique en la prolongeant au-delà de la salle et du film. Ce que fait le fan artisan de ces schémas, c’est réécrire le film, en dérouler le fil non pas tant pour s’échapper du labyrinthe qu’est Primer que pour lui donner du sens. Une démarche proprement passionnante qui en dit long sur une pratique active du cinéma !

Spéculons ensemble

L’exemple de Primer n’est pas celui d’une réception exagérée, qui verse dans l’outrance des surinterprétations mais bien plutôt d’une expérience partagée d’un film par ses spectateurs. Alors que je me demandais quels étaient les lieux de spéculation cinéphile réputés des internets, je me suis rendue compte que c’est avant tout dans les recoins les moins fameux qu’on rencontre les débats les plus passionnants entre cinéphiles amateurs. Si vous êtes déjà passés sur des sites de téléchargement pas tout à fait légaux, des forums oubliés et des skyblogs de l’an 2000, vous avez sans doute déjà croisé, dans la section des commentaires, de longues critiques et analyses rédigées par sasukedu78 ou chocolatinedu31.

Mais c’est bien dans les forums que les fans ont le plus l’opportunité d’échanger au sujet des films. Pour prendre le plus généraliste et connu, Reddit, il permet de recenser plusieurs explications par des fans sur le subreddit / FanTheories notamment. Le système des votes et des points du forum légitime en conséquence les interprétations reconnues comme les plus fiables par d’autres membres du forum.

Les trois théories en tête au sujet de Primer :

  1. Mr. Granger's time travel L’auteur s’attarde sur un élément particulier du film qui peut rester (encore plus) obscur que les autres.
  2. Primer: Aaron's phone calls.L’auteur complète les explications liées à la timeline, en approfondissant la question des motivations des personnages.
  3. Looper and Primer take place in the same universe.Les choses deviennent sérieuses. Selon l’auteur, Looper (Rian Johnson, 2012) et Primer partagent le même univers : on dépasse cette fois le cadre du film, il y a de quoi discuter cette théorie mais elle reste, comme toujours, argumentée et étayée. C’est aussi là l’exemple le plus symptomatique des productions de fans : un raisonnement construit, accompagné de preuves (en l’occurrence, des captures d’écran visant à montrer la ressemblance entre deux personnages, pour soutenir que ce sont certainement la même personne) et soumis au vote.

Affiche Looper
‍Crédit photo © IMDB

Cette dernière théorie a l’intérêt de bouleverser radicalement notre perception des (deux films) et de leur mythologie, qu’on soit d’accord ou non. Le fait est que, une fois de plus, la réception des fans modifie à son tour l’expérience de ces films et prouve encore que le cinéma ne s’arrête jamais à la fin du générique et à la sortie de la salle.

Vers l’infini et au-delà

Comme toujours quand le film est compliqué, les ressources pour l’expliquer foisonnent et on a vite fait de s’y perdre. À ce titre, le blog The Primer Universe est un index indispensable qui contient beaucoup de documents existants ainsi que des posts rédigés par l’auteur du site lui-même. Plus d’une cinquantaine d’articles, généralement denses, sont ainsi consacrés au film… Le film lui-même, par son concept, joue beaucoup de la répétition et de différence dans la répétition et l’ironie veut alors qu’on répète à son tour son intrigue pour mieux la saisir (c’est même obligatoire, sauf si on s’est renseigné avant d’avoir vu le film) et qu’on passe plus de temps à essayer de comprendre le film qu’à le regarder !

Schémas, posts de forum, analyses sur des sites… Mais pas que ! La multiplication des médias montre combien la réception est vivante et souvent réactualisée. En ce qui concerne Primer, les fans ont cette fois-ci emprunté aux habituels éléments de bonus présents dans les dvd’s en enregistrant un commentaire audio. Je vous entends encore soupirer : “quel temps perdu pour aucun salaire…” ! Mais vous êtes bien grognon, reconnaissez que sans eux, on serait bien perdus ! Et il y a quelque chose de rassurant à se dire qu’il y aura toujours, pour presque toute œuvre, un fandom pour nous gouverner tous, un fandom pour nous trouver, un fandom pour nous amener tous et dans les ténèbres nous lier.

Et sinon, le film… ?

Primer est aussi un excellent film ! N’ayez crainte et allez-y de bon cœur, une fois, deux fois, trois fois, à l’endroit, à l’envers. Si le sujet des théories de fans vous intéresse, vous pouvez par ailleurs regarder le documentaire Room 237 (Rodney Ascher, 2012), qui se consacre en l’occurrence aux fans de Shining (Stanley Kubrick, 1980). Vous pourrez constater que devant un film à tendance davantage symbolique, les fans ne reculent devant rien et leurs spéculations laissent plus… circonspect.

 

Le thème du voyage dans le temps et des boucles temporelles est par ailleurs toujours un excellent lieu d’expérimentation scénaristique, aussi stimulant à étudier qu’à observer. Et une fois qu’on se lance, on est vite en manque. Une liste de bons films sur ce thème pour compenser ? Vous trouverez une petite compilation personnelle de réalisations éclectiques ci-dessous.

Suggestion film Primer
Listener

Listener est du genre à aimer de tout et à s'insurger contre les snobinards du cinéma. Elle aime autant les romcoms de Richard Curtis que les éplucheurs de patates de Béla Tarr, ou encore les films de genre et les documentaires sur l'alpinisme. Les séries sont aussi sa première passion, du temps où l’on était encore contraint par la diffusion sur la télévision française sans version originale. Elle a grandi avec Buffy, Willow, Xander et Jack Bauer avant de découvrir quantité de pépites américaines, britanniques, suédoises... 

Vous pouvez la retrouver ici et là mais, soyez prévenus, ça blablate beaucoup et c'est féministe jusqu'au bout des doigts !

Plus d'articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form