Retour au Programme

TGS 2017 : Le Récap' !

January 14, 2018
TGS

Retour sur les deux jours du salon de la culture geek en terre occitane, le Toulouse Game Show, par nos envoyées spéciales Fox et Dolores !

Samedi 2 décembre - Jour 1

Arrivée et cérémonie d’inauguration

Arrivées à 10h pétantes, c’est avec grand plaisir que nous empruntons le chemin réservé à la presse face à toute cette foule magnifiquement déguisée qui attend dans le froid de ce samedi 02 décembre. Un petit café à l’espace presse et c’est parti pour la cérémonie d’inauguration à 10h30 ! Ici sont présentés tous les invités de cette édition du Toulouse Game Show : des comédiens et doubleurs français, notamment Bô Gaultier de Kermoal (interprète du garde du corps d’Attila dans Kaamelott et en parodie de Bruce Lee dans La Tour Montparnasse Infernale, 2001), Guillaume Briat (le Roi Burgonde dans Kaamelott), Patrick Borg (doublage français de l’acteur David Boreanaz qui interprète Angel dans la série Buffy contre les vampires), Patrick Poivey (connu pour son doublage français de Bruce Willis), des acteurs d’envergure internationale que sont, entre autres, James Marsters (Spike dans Buffy contre les vampires), Adam Brown (Ori dans la trilogie Le Hobbit), Peter Weller (acteur qui campe Robocop dans les versions de 1987 et 1990 et a joué dans plusieurs films de la saga Star Trek) et bien sûr Frankie Muniz que l’on connaît de la série Malcolm in the middle, et bien d’autres invités venus du monde de YouTube, des web-séries et des jeux vidéo.

‍ ‍Crédit photo © L'écran

Cette cérémonie commencera malheureusement avec vingt minutes de retard, présageant un manque de temps à récupérer sur la journée qui a fort heureusement réussi à être compensé. La cérémonie était sympathique, mais peu exceptionnelle : les invités sont venus présenter leurs stands respectifs et leurs conférences puis sont repartis sous les vivats de la foule. Une séance type “défilé de mode” en somme qui manquait un peu d’âme et nous a laissé sur notre faim. À la suite de cette cérémonie forte en applaudissements, nous avons déambulé dans les allées du TGS… hautes en couleur ! Que de cosplays, de paillettes, de stands et de régal pour les yeux… Armées de nos appareils photos, nous avons commencé notre digne travail de photographes, mais aussi de groupies comme le prouvent ces petites photographies glanées au passage… Allier travail et plaisir, il n’y a rien de mieux !

‍ ‍ ‍Crédit photo © L'écran

Premières rencontres en chair et en os

Un peu déçues de ne pas pouvoir rencontrer Simon Astier, nous étions ravies de croiser Bô Gaultier de Kermoal, également acteur dans la génialissime série Kaamelott. Il se baladait tranquillement parmi la foule, s’arrêtait aux stands et c’est avec plaisir qu’il a accepté de faire une petite photo ! Nous avions un peu l’espoir que James Marsters en fasse de même dans le week-end mais il semblerait qu’il n’ait pas pu se mêler à la foule. Quel dommage !

‍ ‍ ‍ ‍Crédit photo © L'écran

Petit arrêt sur le stand d’Omake Books, aka la meilleure maison d’édition DU MONDE ENTIER ! Grandes adeptes de la plume de Florent Gorges depuis des années, nous étions heureuses de pouvoir échanger quelques mots avec le fondateur historique de cette maison d’édition. Leur fond de commerce : le jeu vidéo, et rétro s’il vous plaît ! Omake Books est aussi la maison d’édition connue pour ses compilations DVD du Joueur du Grenier, et Florent Gorges est le créateur de l’excellente série “ Les Oubliés de la Playhistoire”, qui présente de manière ludique et simplifiée de grands noms oubliés du jeu vidéo. Une fois la collection complète sous les bras, nous voilà reparties à l’assaut des stands du TGS, direction… Poudlard !

Entrée dans l’univers super-réaliste des cosplays et de la reproduction des décors

L’univers de Harry Potter était bien représenté, notamment à travers un premier stand dont les animateurs en cosplay étaient superbement déguisés, (pas besoin d’être la vraie Bellatrix Lestrange pour filer la chair de poule !) jusqu’au stand customisé en passant par la simulation du cadre de la prison d’Azkaban (dont Dolores est apparemment une prisonnière !), tout y passe ! Quel plaisir de passer autour des baguettes iconiques, de pouvoir admirer le diadème de Rowena Serdaigle ou encore de piocher les potions colorées aux noms évocateurs. Chapeau bas pour le fameux mur où se trouvent les règles absurdes de Dolores Ombrage !

‍Crédit photo © L'écran

À quelques pas de ce stand, nous admirons avec plaisir les voitures de séries et de films célèbres. Une queue incroyable pour rentrer dans la DeLorean et la Ford Anglia, moins de succès du côté de l'Impala de Supernatural (mais superbe mise en scène avec le titre “Carry on my Wayward Son” de Kansas). À l’image de sa série, en quelque sorte (sérieusement, qui regarde encore Supernatural ? Si tu en fais partie, NOUS TE JUGEONS TRÈS FORT !). Les détails sur les différentes voitures sont vraiment impressionnants dans leur réalisme. Tout y est pensé dans le moindre détail, et le temps d’une séance photo on se croirait vraiment parties au volant de la voiture mythique. Certains, comme Marcus, ont d’ailleurs eu la chance de pouvoir faire un petit tour réel avec la DeLorean ! Il était tout aussi sympathique de voir que le souci du détail jusqu’à adopter les tenues mythiques des films y était : blouson rouge et jean pour Retour vers le Futur, robes de sorciers et même un Hagrid plus vrai que nature pour Harry Potter ! Et enfin, le panneau de signalisation “Speed Limit : 88mph” de Retour vers le Futur, super détail qui fait toute la force de la mise en scène.

‍ ‍Crédit photo © L'écran

Comment ne pas mentionner les nombreux cosplayers de l’univers Star Wars ? Dark Vador était en force, accompagné d’un grand nombre de stormtroopers et beaucoup de Sith étaient de la partie. Quelques Leïa, Luke et Rey apparaissaient de temps en temps mais le côté obscur avait clairement le pouvoir ce week-end ! De quoi rappeler à tout le monde que le prochain volet était tout proche et que la guerre entre le côté obscur et la lumière continue !

C’est l’heure de déjeuner

Toutes ces aventures, ça creuse ! Direction l’espace presse pour un petit repas sur le pouce. À ce propos, nous devons parler de la répartition des stands de nourriture : il y en avait bien trop peu pour le nombre de personnes présentes et ils étaient assez mal répartis dans les différents halls. Résultat : des queues interminables qui bouchaient l’accès d’allées entières, ainsi que pratiquement aucun espace pour s'asseoir et manger tranquillement. Les sorties de secours et voies d’accès étaient pleines de personnes qui, faute de mieux, s’asseyaient par terre et gênaient les voies pour les personnes handicapées, ce qui pouvait causer des soucis de sécurité. De notre côté, nous avons eu la chance de pouvoir manger dans un coin au calme prévu pour la presse. D’autant plus qu’en ce 2 décembre, il faisait froid, très, très froid et malgré la foule présente, le chauffage n’a pas suffi à réchauffer l’atmosphère… En revanche, bien que nous n’ayons pas pu tester ces stands de nourriture, il y avait plein de choses différentes à goûter en allant du hot-dog au ramen !

Conférences et interviews

Mais trêve de bavardages, nous voilà reparties pour notre première conférence du festival intitulée “Paranormal : Histoires secrètes des maisons hantées Toulousaines” en compagnie de Yves Lignon, grand nom des recherches parapsychologiques et paranormales. Et oui, des études scientifiques sur ces sujets-là, ça existe ! Mathématicien de formation, Yves Lignon, s’est intéressé pendant de nombreuses années aux phénomènes paranormaux. À l’occasion du TGS, il nous a présenté quelques histoires de maisons hantées à Toulouse-même. Il commence par des petites histoires étranges et finit par évidemment débouter les théories des charlatans. Il a su nous garder en haleine pendant une heure, nous faire marrer et attiser notre curiosité lorsqu’il disait “bon par contre je ne peux pas vous dire où se trouve cette maison !”. Ce bonhomme, vraiment attendrissant, nous a donné envie de lire ses livres !

‍Crédit photo © L'écran

Nous avons d’ailleurs, durant cette conférence, fait la rencontre des sympathiques membres de l’association Star Wars Universe. Cette association passionnée a un site dédié uniquement à… Star Wars, merci à ceux qui suivent. Des dernières sorties jusqu’aux goodies et théories de fans en passant par des critiques et analyses poussées de scènes précises, rien n’est laissé au hasard pour la fanbase de la saga. Nous vous conseillons d’y jeter un œil et leur passons le bonjour ! ;)

Direction la conférence “Rencontre avec les acteurs Frankie Muniz, Peter Weller et James Marsters” pour Fox :

Grande fan de Buffy contre les vampires et surtout de James Marsters (il est la raison pour laquelle j’ai tout revu d’un trait) qui interprète Spike dans la série, personnage génial qui évolue d’une superbe façon tout au long des épisodes, j’étais ravie de pouvoir le voir de mes propres yeux. La conférence consistait tout simplement en un jeu de questions / réponses entre le public et les invités, avec l’aide d’un traducteur très à l’aise sur scène ! La salle était remplie, le public enjoué et les acteurs très sympathiques. Frankie Muniz (Malcolm) avait l’air d’une incroyable gentillesse. Peter Weller (Robocop) est excellent : il joue la provocation, il a l’air d’un gros dur qui taquine beaucoup et avec une sacrée personnalité ! Et James Marsters, ah, James (vu qu’on était à moins de dix mètres l’un de l’autre, je me dis que je peux l’appeler par son prénom maintenant), il adore ses fans et ça se voit ! Durant ses interventions, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire qu’il y avait probablement beaucoup de sa propre personne dans le personnage de Spike et surtout dans son évolution au cours des dernières saisons. Ils étaient tous les trois vraiment marrants et avaient l’air contents d’être au TGS ! Ils ont chacun leur tour fait part d’anecdotes comiques concernant Malcolm, Buffy et Robocop, sont revenus sur d’anciennes productions et ont parlé de nouveaux projets. La conférence durait une heure et s’est passée beaucoup trop vite. Même James Marsters a été surpris de voir qu’il était déjà l’heure de se quitter. Trois grands acteurs pendant une heure, c’est clair que c’est loin d’être suffisant pour répondre à toutes les questions de l’immense public présent ! Petit clin d’oeil à l’équipe de OnRembobine que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors de cette conférence.

Pendant que Fox faisait les yeux doux à James Marsters - mais peut-on la blâmer pour ça ? - Dolores se dirigeait avec frénésie vers sa première interview de la journée :

‍Crédit photo © L'écran

Olivier Derivière, aka le compositeur des géniales BO de Obscure, Alone in the Dark, Assassin’s Creed IV : Black Flag, Remember Me, ou encore Get Eve, rien que ça ! Une interview réalisée avec beaucoup de précipitation et peu de temps : bien qu’arrivée en avance, mon temps d’interview a été amputé et les conditions dans lesquelles nous l’avons réalisée n’étaient pas formidables : lumière vraiment cradingue pour les photos, son horrible… Heureusement que nous sommes un magazine papier et non vidéo, sinon je ne sais pas comment nous aurions pu sauver le naufrage ! Mais Olivier Derivière était un invité charmant et à l’aise lors des questions, qui n’a pas hésité à rentrer en profondeur dans les sujets abordés. Et nous sommes tout de même ravis pour un petit magazine comme le nôtre d’avoir affaire à des invités aussi prestigieux !  

En attendant Fox, j’ai jeté un coup d’œil au championnat de France de Flipper. J’étais étonnée de voir combien les tables attirent encore énormément de monde (et de tous les âges) ! Le jeu de flipper a beaucoup évolué avec son temps et constitue une catégorie de jeux à part entière. Des tables qui racontent des histoires aux missions variées, une incrustation de petites cinématiques dans un écran, des tables inspirées de licences récentes… Tout est fait pour renouveler efficacement le genre. Et ça marche : le stand était bondé et attirant. Ces tables sont magnifiques et chacune d’entre elles constitue presque une œuvre d’art qu’on hésite à toucher tant tout semble délicat. Pourtant, elles résistent sans encombre aux assauts des joueurs. Certaines des tables présentées au stand avaient plus de trente ans !

‍ ‍Crédit photo © L'écran

Mais pas l’temps d’niaiser, comme diraient nos amis d’outre-Atlantique : direction la seconde interview de la journée avec l’immense (en notoriété, bien sûr) Davy Mourier, qui a eu la gentillesse d’accepter de répondre à nos questions ! Davy nous a parlé avec passion de sa nouvelle série animée, La Petite Mort, mais a aussi fait un retour sur son amitié avec Brigitte Lecordier, sa carrière d’acteur et ses envies pour le futur… Parler avec Davy c’est presque comme parler à un ami de longue date tant il est naturel, à l’aise et sympathique. Pas surprenant que ce roi de la culture-démerde artistique ait conquis tout Internet avec sa sympathie et son talent légendaires… Interview à retrouver dans son intégralité ici.

Pieds en compote et manteaux bien fermés : la fin de la journée approche

La fin de la journée commence à se pointer et la fatigue se fait ressentir. C’est donc armées de délicieux churros au Nutella que nous continuons à déambuler dans les allées.

Au détour de notre errance, nous entendons une chorale enthousiaste s’élever d’un stand… Mais… Serait-ce le générique de Code Lyoko ? Eh bien oui, car sur le stand de Coucoucircus, un karaoké libre de génériques de dessins animés était proposé toute la journée. Le site est mythique pour tous les fans de dessins animés et propose les génériques de toutes les séries possibles et imaginables, ainsi que leurs équivalents en anglais, allemand.. Ou tchèque et hébreu ! Présent chaque année au TGS, Coucoucircus n’a pas dérogé à la règle de sa convivialité, sa bonne humeur et son partage de ces musiques mythiques qui ont fait notre enfance. Et nous n’avons pas résisté à donner un peu de la voix aussi (n’insistez pas, aucune vidéo de ce carnage musical n’a été faite).

Nous nous sommes arrêtées deux petites minutes au stand d’Imagin’ères, boutique de produits dérivés de tout type d’univers très fréquentée tant au TGS qu’à Toulouse même ! Achat de deux figurines Funko Pop (Rogue et Saroumane, yeaaaah !) et on repart ! Non loin de là se tenait le stand des VoxMakers, célèbre collectif de Youtubers qui parle jeux vidéo, séries et cinéma. Nous avons donc pris le temps d’échanger quelques mots avec eux et de récolter leurs impressions sur les derniers films du moment, avant de reprendre notre route.

‍Crédit photo © L'écran

Enfin, nous avons pris le temps de regarder un dernier stand qui semblait de bon augure au vu du froid ambiant : un stand Game of Thrones avec le célèbre Trône de Fer reconstitué par des passionnés (en présence d’un White Walker tellement bien fait que croiser son regard donnait des frissons dans le dos) et où, contre quelques euros, nous pouvions l’espace d’un instant être à la tête de Westeros… Indispensable pour les fans !

‍Crédit photo © L'écran

Mais Winter is coming, and Fatigue is too ! C’est donc éreintées mais heureuses que nous finissons cette première journée du TGS. Notre journée du lendemain s’annonce chargée, aussi ne nous attardons pas plus !

Dimanche 3 décembre - Jour 2

Interview et balade dans les stands

Levées à 8h30 tapantes, un record pour un dimanche matin, Dolores se dirige, bougonnante et frigorifiée, vers l’espace presse du TGS. Une perspective réjouissante l’attendait cependant au bout du périple : une interview du merveilleux, sensationnel (romantique petit oasis, si tu as la référence cher lecteur tu es un bon !) Marcus, une des grandes références françaises du jeu vidéo ! En attendant que l’espace se libère, j’ai encore pris le temps de papoter avec l’équipe de Onrembobine.fr, anxieux à l’idée d’interviewer le célèbre Frankie Muniz, alias Malcolm pour les intimes… Quelques cafés et BN avalés ensemble, et nous voilà lancés !

‍ ‍Crédit photo © L'écran

Marcus s’est révélé être une personne charmante, à l’écoute et très modeste pour quelqu’un de son envergure. Sa première question lorsque j’arrive : “Bon, pendant que tu t’installes, parle-moi un peu de votre asso ! Vous vous appelez l'Écran, c’est bien ça ?“. C’est touchant de voir qu’une personne aussi célèbre prenne le temps de s’intéresser réellement à qui il a en face de lui avant de démarrer l’interview. Interview qui s’est déroulée avec beaucoup de naturel : blagueur, Marcus possède une bonne humeur communicative et nous espérons pouvoir le rencontrer à nouveau lors de ses prochains passages sur Toulouse tant il reste de choses à dire sur lui !

Il me reste un peu de temps avant d'enchaîner sur ma prochaine conférence, alors je me balade un peu dans les allées. J’en profite pour glaner quelques photos de cosplayers par-ci, quelques cartes de visite par-là … Quand soudain, le Saint Graal. 

‍ ‍ ‍Crédit photo © L'écran

Grande fan d’Anubis que je suis, je n’ai pas pu résister à l’essayage de ce casque réalisé par Fantastic’Arts Creations. Ils sont spécialisés dans la reproduction d’objets dérivés de jeux vidéo, dans les armes customisées, les casques et autres joyeusetés en latex. Leur stand était un régal pour les yeux… Et le porte-monnaie : leurs objets sont relativement peu chers par rapport à ce qui se fait sur le marché, et non moins qualitatifs pour autant ! Les artistes de cet atelier basé à Mazamet travaillent pour les particuliers, surtout les cosplayers, mais aussi pour le cinéma, les associations ou même les mairies lors de reproductions d'événements historiques, par exemple. Des créateurs que nous serions ravis de revoir, et qui sait, peut-être d’interviewer un jour dans ces pages...

C’est aussi dans ces allées que j’ai pu retrouver le stand de Vert Potam, une association sympathique que je suis depuis des années ! Ils éditent un fanzine d’illustrations et de BD vendu à petit prix et promeuvent la diffusion des œuvres des dessinateurs indépendants de la région. Leurs BD sont toujours très drôles et d’une grande qualité. Toujours aussi passionnés après les années, l’association cherche à recruter de nouveaux.elles dessinateur.trices, donc avis aux amateurs !

‍Crédit photo © L'écran

En ce dimanche matin, il y a beaucoup moins de monde qu’hier. Les stands sont plus accessibles et les allées beaucoup plus dégagées. J’en profite pour faire un tour au Festival Français de la Web-série, où toutes les futures web-séries de demain venaient présenter des épisodes exclusifs, tenir des rencontres entre artistes et publics, ainsi qu’animer des conférences pour le grand public. C’est dans cet espace dédié à la web-série que j’ai découvert SaturdayMan, une série dont Marcus m’a beaucoup parlé lors de son interview (il y incarne un des personnages). Le principe est simple : lorsque ta soirée du samedi soir part en live, la SaturdayTeam est là ! SaturdayMan ainsi que Force Sex, Force Drunk, Force Joke ou encore Force Dance livrent un combat acharné à leur pire ennemi : le Grand Sommeil, qui projette de faire dormir le monde entier à 22 h… Vous l’aurez compris, c’est déjanté, barré, très drôle, mais surtout extrêmement bien réalisé. La qualité d’image, très “eighties” dans son approche, ne fait pas du tout amateur. Pour leur lancement ils se sont entourés d’invités prestigieux : Marcus, le JDG, l’actrice Audrey Lamy… Un casting de choix qui ne s’est pas trompé sur LA nouvelle série à suivre. Et qui pourrait bien, à vous aussi, vous sauver vos samedis soir…

 

Un petit détour à l’Indie Game Zone pour découvrir une session live test de Paralights, un jeu de plate-forme en voxel qui promet d’être appétissant. Les premiers niveaux sont jouables et nous mettent dans la peau d’un aventurier envoyé pour reconstituer le Dieu Prisme dans diverses époques temporelles. Nous avons pu apercevoir le futur et les ruines d’anciennes civilisations, et les développeurs promettent un jeu à twist retentissant… Au niveau du gameplay, le jeu est un mix entre un jeu de plate-forme assez classique et un jeu de réflexion, avec différentes énigmes et puzzles à résoudre. Un éditeur de niveau viendra enfin compléter l’offre et promet des customisations d'enfer. Les premiers niveaux présentés avaient déjà l’air de proposer un challenge corsé, et à l’heure de la casualisation totale des jeux vidéo, il est bon de voir des éditeurs qui n’ont pas froid aux yeux en ce qui concerne la difficulté de leur jeux !

‍ ‍Crédit photo © L'écran

À 11 h 15, direction l’espace Agora du Hall 4 pour une conférence passionnante sur les comics LGBT. Cette conférence présentait un historique complet des personnages LGBT dans les comics, une petite liste non exhaustive des comics qui ont apporté un souffle nouveau dans le genre ainsi qu’une séance de questions / réponses avec le public. Restons dans le comics si vous le voulez bien, puisque j’ai profité de la pause repas pour aller admirer l’exposition sur les comics francophones en Hall 4. Très complète et intéressante, l’exposition proposait une reproduction couleur de qualité de couvertures de comics réalisés par des français, mais aussi des comics made in France. L’espace prévu pour l’exposition était légèrement insonorisé, plus calme et une personne veillait à ce qu’il n’y ait pas trop de personnes à la fois, nous permettant de mieux profiter des œuvres présentées. Dommage que certains reflets intempestifs viennent parfois gâcher certains tableaux. Les panneaux explicatifs, détaillés mais très clairs, étaient un vrai “plus” pour cette exposition qui n’aurait pas eu à rougir dans un musée plus classique. C’était intéressant, pertinent, et j’espère avoir l’occasion un jour d’en voir une “version longue” totalement exhaustive !

‍Crédit photo © L'écran

À 13h15, j’ai retrouvé Olivier Derivière en compagnie de Claude Heyral, un autre compositeur célèbre de musique de jeux vidéo, pour une conférence “La musique dans le jeu vidéo”. Si j’avais déjà abordé certaines choses avec Olivier Derivière la veille, la conférence n’en restait pas moins passionnante et rentrait vraiment dans les détails techniques de la composition du jeu vidéo. Au point que certains passages étaient un peu ardus à suivre pour les néophytes que nous sommes ! Très détendus, les deux invités partageaient la même vision de leur métier et il était intéressant de les entendre comparer la relation entre musique et jeux vidéo il y a dix ans et ce qu’elle est devenue maintenant.

Déjeuner et coupe de France de Cosplay

Après avoir pris quelques minutes pour déjeuner dans l’espace presse, comparer nos photos et avoir vu passer Adam Brown, Frankie Muniz, Jerome St John Blake et Peter Weller de près, direction la Coupe de France de Cosplay, une première pour nous : nous n’en connaissions que la passion des gens pour le déguisement. Nous étions loin de nous douter qu’il y avait en fait toute une mise en scène à réaliser en face d’une foule de fans ! 

‍ ‍Crédit photo © L'écran

Nous avons pu nous glisser derrière la scène et voir de près certains cosplays dont les déguisements étaient impressionnants et très minutieusement confectionnés (c’est fini, on ne ressort plus nos déguisements d’Halloween maintenant…). Malheureusement, nous n’avons pas pu être placées intelligemment près de la scène pour faire de belles photos… On a donc fait force d’épaules et de genoux pliés pour s’en sortir comme on pouvait ! L’enchaînement des performances était parfait et s’est très bien déroulé. Bien que je n’ai reconnu aucun des personnages interprétés par les cosplayers (trop d’inspiration jeux vidéo pour moi qui n’y connais rien !), c’était un moment très chouette et que j’ai adoré découvrir. Je ne m’attendais pas à un tel dévouement de la part des participants et du public !

‍ ‍ ‍Crédit photo © L'écran

Après quelques temps entourées de personnages de toute forme et tout univers, retour au milieu des stands à la recherche de déguisements à photographier!

À la rencontre du public et des participants

Premier arrêt au stand de la maison d’édition Etherval dont l’équipe était d’une gentillesse incroyable ! Etherval, c’est une revue de nouvelles de science-fiction, horreur, fantasy et fantastique. Leurs points forts: la multiplicité de leurs supports, leurs concours d’écriture ouverts à tous mais, surtout, leur combat militant pour le papier, l’auteur par-dessus tout et l’absence d’encarts publicitaires en guise de revenus. Plein de bons conseils et très à l’écoute, nous avons quitté leur stand avec une multitude d’informations en tête pour une édition et une mise en page les meilleurs possibles ! Une maison d’édition à suivre pour les amateurs d’écriture qui veulent montrer au monde leurs talents !

 

‍ ‍ ‍ ‍Crédit photo © L'écran

On continue de se balader dans les stands et on y croise Harley Quinn et le Joker, Luna Lovegood et Hermione Granger, Rick Sanchez (de Rick et Morty, le seul de tout le festival, merci de ta présence !!!), Fiona, ou encore le clown Pennywise (deux fois, et tout aussi flippants l’un que l’autre !).

‍ ‍ ‍ ‍ ‍Crédit photo © L'écran

Un dernier mot pour la fin

Nous étions très heureuses de pouvoir participer au TGS ! L’ambiance y était chaleureuse (malgré le froid) et vraiment bon enfant. C’est avec plaisir que notre équipe y retournera, mieux vêtue !

Pour en savoir plus sur le TGS : https://toulouse-game-show.fr/

Pour retrouver l'intégralité des photos de l'écran pendant le festival, c'est par ici.

Dolores

Dolores a un sale caractère mais elle se soigne. (Ou pas). Accro au cinéma depuis que The Wall lui a fait ouvrir les yeux sur cet art, elle engloutit depuis tout film qui passe à sa portée du plus insipide navet au plus grand chef d’oeuvre. Elle est aussi membre du fan club officiel des groupies de Park Chan-wook, de la secte des adorateurs de canards et collectionne les cartes Pokémon. Ne lui dites jamais que La Momie et Le Retour de la Momie sont des mauvais films, vont n’en ressortirez pas indemnes.

Elle est aussi Youtubeuse, photographe, dessinatrice et rédactrice pour TOP 250. Pour suivre ce joyeux bordel, c’est par ici :

Plus d'articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form