Retour au Programme

White Rabbit

February 24, 2019
Festivals

Lors du festival de films LGBTQI+ de Toulouse, Des Images aux Mots, j’ai eu l’occasion d’assister à la projection du film White Rabbit, déjà récompensé par deux prix à Toronto et à Sundance l’an passé.



Le film introduit le personnage de Sophia, dont la vie sera le centre des intrigues du film. Sophia est une artiste performeuse et Youtubeuse fauchée, engagée politiquement, rêveuse et idéaliste, qui se lance en quête de son identité. Perdue entre ses origines coréennes et sa méconnaissance de cette culture, elle se lie d’amitié avec une jeune femme afro-américaine de qui elle va rapidement tomber amoureuse.

White Rabbit est avant tout un film tranche de vie, où la quête identitaire du personnage est le principal attrait narratif. Le thème du lesbianisme n’est pas ici le centre de l’histoire, mais juste une des multiples facettes de ce qui compose notre personnage principal. On y suit ses déboires et tentatives pour trouver sa place dans un monde qui ne la comprend pas, et ses errances sont autant de sketches qui ponctuent le film. Pas de fatalité ni de noirceur dans White Rabbit : bien que le film brasse des thèmes politiques et forts (racisme, homophobie, sexisme), le ton est joyeux, désinvolte, déluré, à l’image de Sophia et de son costume de lapin blanc qu’elle enfile pour réaliser ses performances. Ce personnage très fort a d’ailleurs été co-écrit par l’actrice elle-même, Vivian Bang, qui est artiste performeuse dans la vraie vie et s’est inspirée de sa propre expérience pour composer Sophia.


Vivian Bang
© Festival de Sundance


White Rabbit est un film plaisant qui possède un arrière-goût très feel good. Le personnage de Sophia est ultra-attachant et la mise en scène colorée, joyeuse et dynamique donne envie de continuer à la suivre. Je regrette d’ailleurs presque que le film soit un peu court tant j’aurais aimé en voir plus. À l’heure actuelle, aucune date de sortie officielle ni de distribution n’est malheureusement prévue en France, mais le film continue gentiment sa tournée des festivals à l’international, en espérant que ça signe une sortie DVD prochaine !

Dolores

Dolores a un sale caractère mais elle se soigne. (Ou pas). Accro au cinéma depuis que The Wall lui a fait ouvrir les yeux sur cet art, elle engloutit depuis tout film qui passe à sa portée du plus insipide navet au plus grand chef d’oeuvre. Elle est aussi membre du fan club officiel des groupies de Park Chan-wook, de la secte des adorateurs de canards et collectionne les cartes Pokémon. Ne lui dites jamais que La Momie et Le Retour de la Momie sont des mauvais films, vont n’en ressortirez pas indemnes.

Elle est aussi Youtubeuse, photographe, dessinatrice et rédactrice pour TOP 250. Pour suivre ce joyeux bordel, c’est par ici :

Plus d'articles qui pourraient vous intéresser

Suivez-nous

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form